Tout ce que vous devez savoir sur les faux-plafonds

Publié le 8 Mar, 2019

Faire des travaux dans un logement n’est pas chose facile. Que ce soit dans le cadre d’une rénovation ou pour une construction proprement dite, il est essentiel de savoir ce que vous devez faire. Dans le cadre de l’amélioration de l’aspect visuel et du confort d’une pièce, plusieurs idées parmi lesquelles la mise en place d’un faux plafond peuvent être évoquées. Ceci étant dit, il ne suffit pas de penser à le faire, mais aussi de s’y mettre. Dans la plupart des cas, il est recommandé de faire appel à un professionnel afin que celui-ci puisse mieux vous aider au travers d’un devis. Cependant,  comme il n’est pas interdit de s’édifier sur la question, nous vous proposons alors de lire ce zoom dédié aux faux plafonds.

Vous avez dit faux plafond?

Le faux plafond est une structure aménagée, suspendu à votre plafond d’origine. Étant complètement dépendant de la structure de l’étage supérieur, le faux plafond est très souvent rattaché au plafond d’origine par des rails, et des suspentes. Celui-ci forme alors une armature à laquelle vous donnerez la forme et la décoration qui vous semble la plus appropriée. Pour la construction d’un faux plafond, généralement les techniciens utilisent des plaques de plâtre. Matériaux économiques, ces derniers sont simples à utiliser, bien qu’elles demandent tout de même une technique précise pour sa pose, et sa manipulation.

Pour monter un faux plafond, on utilise divers matériaux parmi lesquelles:

   -le bois : étant de contenance sobre avec un aspect chaleureux, utiliser le bois pour le remplissage de votre faux plafond lui ajoutera une touche accueillante. Selon la taille de votre faux plafond, vous devez compter en moyenne 50 euros par mètre carré.

   -le métal : plus onéreux qu’un rhabillage en bois, utiliser du métal pour remplir votre faux plafond apportera une touche contemporaine à celui-ci. Compter en moyenne, 200 euros par mètre carré.

   -le PVC : étant la solution la moins coûteuse avec une pose moyenne de 40 euros par mètre carré, il est fait pour vous si vous préférez apporter une touche fantaisie à votre structure.

Les types de faux plafonds

 Il existe deux grands types de faux plafonds, à savoir:

  – Le faux plafond tendu : très utilisé pour donner une touche originale à la pièce dans laquelle il se trouve, il est très souvent habillé en PVC, et sait apporter cette touche décorative particulièrement noble. Étant très délicate, sa pose demande souvent l’intervention d’une main-d’œuvre professionnelle.

– Le faux plafond suspendu : moins sophistiqué que le précédent, le faux plafond suspendu reste tout de même le plus utilisé. Celui-ci est facile à mettre en place, et présente une polyvalence  qui vous permet de réellement mettre en place ce que vous voulez.

Les matériaux pour faire des faux plafonds

Nous avons précédemment évoqué les types de faux plafond fait en plâtre. Cependant, ce que vous devez savoir est qu’il existe de nombreux matériaux pouvant être utilisé pour mettre sur pied un faux plafond.

–         La dalle : un faux plafond en dalle est facile à mettre en place et possède la particularité d’être peu coûteux.

–         Le lambris : plus utilisé pour apporter une touche décorative, un faux plafond fait en lambris est une bonne idée pour les décorations des lieux publics

–          Le métal : très coûteux,  faire un faux plafond en métal est mieux adapté pour apporter à votre pièce une touche épurée et noble.

–         Le plâtre : étant le matériau le plus utilisé, un faux plafond en plâtre est un matériau simple à mettre en place, et particulier car il possède une malléabilité presque unique.

Faire appel à un professionnel pour la pose

Faire appel à des professionnels pour la pose de votre faux plafond est un bon moyen d’être  sûr de la qualité du travail qui sera livré. À moins que vous ne soyez vous-même un professionnel et que vous disposez d’une équipe prête à vous aider, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel.

Catégories